LA TRANSMISSION et LES PROJETS SPÉCIFIQUES

Dans sa démarche de transmission, la Volière recherche avant tout la rencontre, les échanges.

Nous sommes en constante réflexion sur le sens à donner aux "actions culturelles".

 

Dès les débuts de la compagnie, nous avons été associés à des structures d'éducation populaire comme les MJC (à Villeurbanne, à Lyon 8). Ces lieux nous ont poussé à nous interroger sur la question de la démocratie culturelle.

 

Nous aimons décloisonner les pratiques et interroger la place des artistes dans la société dans son ensemble

Qu'avons-nous à apprendre les uns des autres?

Comment fédérer? Est-ce nécessaire?

Comment bousculer les à prioris, les nôtres, ceux des lieux culturels et ceux des publics?

De quoi avons-nous besoin de parler?

Comment introduire du trouble et des espaces-temps dédiés au rêve, à l'imaginaire ?

...

La compagnie conçoit des dispositifs originaux, tisse des partenariats durables avec des structures et défend  à travers des formes participatives inédites un goût du risque assumé et une porosité accrue entre acteurs professionnels et participants amateurs.

Les deux projets spécifiques :

- "Il ne faut pas dire la vérité nue mais en chemise"

- "Femmes en scène" avec Singa Lyon

 

Sollicitée par des établissements scolaires et des structures culturelles, la compagnie mène régulièrement des ateliers d’écriture et de jeu.

 Par exemple depuis 2019 :

- Jeu et écriture au Théâtre des Clochards Célestes

- Écriture pour le projet des Hauts-Parleurs (challenge d'éloquence) à Rive-de-Gier (MJC Couzon)

 

La Volière intervient depuis 2020 ans dans le département écriture de l’ENSATT.